Pourquoi grossit-on ?

La prise de poids une problématique multi-factorielle, inclut certes une mauvaise alimentation et la sédentarité, mais également, les apports de nutriments essentiels (vitamines, minéraux, acides aminés et acides gras essentiels enzymes, les anti-oxydants, les facteurs émotionnels, la génétique et l’âge.

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé, 1,4 milliard de personnes de vingt ans et plus sont en surpoids, parmi lesquelles plus de 500 millions sont obèses (estimation de 2008). Le surpoids et l’obésité se définissent comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé.

Entre 1997 et 2012, l’obésité a augmenté de 76% en France. Selon l’enquête nationale sur l’obésité et le surpoids. Un français sur deux est en excès de poids (47,3% de la population). Le surpoids et l’obésité sont le cinquième facteur de décès au niveau mondial.

Est ce que notre société s’attaque-t-elle à la vraie cause?

Les conséquences du surpoids et de l’obésité sur la santé: Les maladies de civilisation (syndrome métabolique, diabète, cholestérol, maladies inflammatoires …. Il existe de réelles solutions pour enrayer cette épidémie, à condition d’accepter de changer son environnement, à commencer par son alimentation.

Une Action globale

Ce n’est qu’une prise en charge globale, qui pourra être efficace dans le temps. Toute action symptomatique tel que les régimes ex hyperprotéinés, ne traite que l’effet, ou la partie visible, au détriment des causes réelles et pire les aggravants à terme.

Certains paramètres sont immuables:

  • Notre héritage génétique
  • Notre âge

Les années passant, notre biologie devient moins efficace pour éliminer les déchets des excès alimentaires, qui se stockent ainsi plus facilement.

En revanche d’autres paramètres peuvent évoluer:

  • En changeant de comportement alimentaire et d’hygiène de vie.

Premiers coupables: Les sucres ajoutés

Les sucres raffinés tels que le saccharose qui est omniprésent dans l’alimentation transformée, ou encore le sirop de glucose obtenu par modification chimique de l’amidon de maïs, appelé aussi sirop de fructose, ils sont les premiers responsables du surpoids.

Le monde de l’industrie alimentaire, grâce aux chimistes a découvert que les sucres industriels sont à la fois des exhausteurs de goût, des conservateurs, des atténuateurs d’acidité, des retardateurs de coagulation, des absorbeurs d’eau.

Cela peut expliquer que nous trouvons des sucres partout dans l’alimentation industrielle et que sa consommation a explosé.

Aujourd’hui, la consommation moyenne de sucre par an et par habitant en France est de plus de 60 kg. Cet apport excessif de calories vides sera stocké pour l’essentiel sous forme de mauvais gras.

N’oublions pas que les industriels ne sont pas là pour bien nous nourrir, mais pour engendrer des bénéfices.

Les produits raffinés rendent les aliments plus attractifs tant au niveau visuel que gustatif. Ce mode de transformation, plus l’ajout très fréquent de substances addictives, sucre, sel, gras contribue à nous faire manger plus, en nous rendant accros à ces aliments.

Les mauvaises graisses font grossir

Les graisses constituent la famille d’aliments la plus énergétique. Si notre corps a besoin de gras, principalement pour la constitution de notre cerveau, des neurones et des membranes cellulaires, la qualité de celui-ci est déterminante.

L’excès de graisse animale tel que les viandes rouges, les charcuteries, les produits laitiers ou encore les graisses saturées ajoutées, telle que l’huile de palme peu coûteuse dans les produits transformés comme les chips, les plats préparés cuisinés, les viennoiseries industrielles ne sont pas adaptées à nos besoins cellulaires.

Seuls les bons gras tels que les oméga3 que l’on trouve principalement dans certains  poissons ou les huiles vierges de noix, lin …,  à des doses physiologiques ne font pas grossir. Ces acides gras sont importants afin d’assurer la fluidité de la membrane de nos cellules.

Eviter les aliments raffinés et transformés

Depuis ces dernières années, nos modes alimentaires se sont profondément modifiés en Europe et un peu partout dans le monde, sous l’influence de l’industrialisation. La restauration rapide s’est développée ainsi les sandwichs et paninis, le fast-food, les plats préparée sont très tendance chez les jeunes.

La surconsommation d’aliments à « calories vides » qui n’ont aucune valeur nutritive (chips, sodas, barres chocolatées, bonbons, céréales raffinées, Pâtisseries industrielles, boissons alcoolisée, s’effectue au détriment d’aliments à densité nutritionnelle élevée.

Dans le même temps l’obésité, les cancers, les maladies cardiovasculaires, neuro-dégénératives, rhumatismales, auto-immunes, les diabètes, les allergies sont devenus de plus en plus fréquents. De nombreux travaux scientifiques ont identifié des « facteurs de risques » qui influent sur la probabilité d’être atteint d’une de ces pathologies chroniques.

Parmi eux des facteurs alimentaires jouent un rôle majeur:

L’excès de consommation de graisses animales, de sucre et de produits raffinés, de sel, et la faible consommation de fruits et de fibres végétales, en association avec le stress chronique, le manque d’activité physique et parfois de tabagisme et d’alcoolisme pour ne citer que les principaux!

Inversement une alimentation variée et équilibrée, riche en fruits et légumes, est un facteur de protection, notamment contre le surpoids, l’obésité, et les maladies dites de civilisation.  

 

Les signaux de « retro-feedback » et de régulation 

Le tissu adipeux sert de réserve énergétique. Lorsque tout va bien, notre biologie possède des outils de régulation pour éviter des « sur-stocks ». En cas d’excès de poids durable ses mécanismes de régulation s’altèrent. De plus les toxines s’accumulent dans celui-ci, notre système hormonal se perturbe, ce qui augmente les risques de prise de poids.

 

Que faire côté alimentation?

Il faut favoriser un alimentation à base de produits non raffinés et non transformés le meilleur gage pour prévenir le surpoids et les maladies de civilisation.

Côté végétaux

Une alimentation riche en produits végétaux à commencer par les fruits et les légumes, fournira les apports nécessaires au bon fonctionnement de nos cellules, en micro-nutriments, essentiels tels que minéraux, vitamines, et antioxydants.

Il est préférable de choisir une alimentation biologique afin d’éviter les produits toxiques (pesticides ..).

La richesse des fibres présentes dans les végétaux est l’assurance d’une bonne santé intestinale, source d’un équilibre pondéral. Les végétaux crus (crudités, graines germées) ont un effet satétiogène accru. Selon la tolérance digestive de chacun, cette famille d’aliments devra faire partie intégrante de votre alimentation.

L’art de bien manger

L’environnement dans lequel vous prenez votre repas aura également une influence.

Manger assis dans le calme, en conscience à des heures régulières, bien mastiquer ses aliments sont les clés pour une bonne digestion.

Bien s’hydrater boire au moins 1,5l d’eau par jours en dehors des repas et surtout pratiquer une activité physique régulière.

 

Les autres moyens

La gestion du stress, il est important de s’octroyer des moments pour se relaxer, bien respirer, s’oxygéner marcher dans la nature, la méditation, pour rééquilibrer le système nerveux.

 

Lors d’une consultation vous pourrez mettre en place des conseils nutritionnels personnalisés pour optimiser votre santé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES

POURQUOI COMPLEMENTER?

Une alimentation saine et équilibrée suffit à couvrir nos besoins en macronutriments énergétiques (lipides, protides, glucides) mais rarement ceux en micronutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments). Il y a plusieurs raisons à cela:

-Il est difficile de nos jours, de ne manger que des produits frais, de saison, cueillis à maturité, n’ayant pas subi une longue attente entre la cueillette et la consommation, et dont la teneur en vitamines est optimale.

Les légumes de nos étalages ont souvent perdu la grande majorité de leur vitamine C, et une autre partie sera perdue lors de la cuisson.
Il est courant d’entendre ce discours un peu simpliste qui consiste à dire qu’une bonne hygiène de vie, incluant une alimentation variée et équilibrée, suffit à garantir une bonne santé. Mais qui peut prétendre s’alimenter d’une telle façon 365 jours par an, avec des végétaux fraîchement cueillis à maturité et consommés le midi ou le soir même ?
La qualité de notre alimentation s’est détériorée au fil des décennies et continue à s’amoindrir en nutriments essentiels.
Des besoins en micro-nutriments qui augmentent dans certaines situations
Outre l’alimentation imparfaite viennent s’ajouter des situations qui augmentent les besoins en micro-nutriments essentiels : vitamines du groupe B, vitamine C, magnésium, zinc, vitamine E, etc. Il peut s’agir de la croissance chez les enfants et les adolescents,de la grossesse, de la ménopause, du vieillissement, des infections hivernales, de la pratique d’une activité physique ou sportive très intense , d’une opération,…ou encore de l’éviction de certains aliments par conviction ou par obligation, et plus simplement du stress et du surmenage quotidiens omniprésents.
Notre environnement et nos rythmes de vie nous imposent un stress permanent (bruits, vitesse, pollution…) qui provoquent un besoin en micro-nutriments. Le stress en soit peut être un moteur s’il intervient au cours de situations ponctuelles (utile en environnement hostile). Lorsqu’il est présent au quotidien, il devient nuisible : accélération du vieillissement, impact sur la santé des organes et le renouvellement cellulaire.

Une carence d’un seul micro-nutriments peut nuire au bon fonctionnement de tout l’organisme.

 

Les compléments nutritionnels

 desequilibre-oxydation
Les compléments nutritionnels comblent l’écart entre une nutrition adéquate et une nutrition optimale. C’est ce qui fait toute la différence!
Aujourd’hui nous vivons plus longtemps et souhaitons être actif et en bonne santé à 70, 80 et même 90 ans.
Mais pourquoi l’alimentation ne suffirait-elle pas?
Pourquoi donc faudrait-il se complémenter? La nature n’aurait-elle pas fait les choses correctement, après des millions d’années de sélection naturelle?
En fait il semble que si l’homme a opéré des changements si rapides et si radicaux de son environnement, que nous n’y sommes pas adaptés.
L’exemple des fruits et légumes dans l’alimentation moderne 
 Quand aux apports en vitamines et minéraux des fruits et des légumes, ils sont devenus modestes en raison de l’agriculture intensive qui appauvrit les sols, et de nos modes de consommation qui ont changé:
Produits reconditionnés, trop longtemps stockés avant d’être consommés, ou cuits à haute température, détruisant une bonne partie des vitamines.
La complémentation répond simplement à une adaptation du milieu; nous avons pollué et dégradé notre environnement, et nous devons tout faire pour éviter d’en payer le prix fort.
Nous savons aujourd’hui que nos cellules sont programmés pour nous maintenir en bonne santé jusqu’à environ 120 ans, à condition de fonctionner de façon optimale et en particulier que leurs capacités de réparation et de régénération ne soient pas  altérées. Les cellules sont organisées en tissus qui constituent notre structure et nos organes. Tout dysfonctionnement cellulaire entraîne des perturbations de l’organe qu’elle constitue et de la ou des fonctions biologiques que celui-ci assure: respiration circulation, digestion, assimilation, détoxication et élimination, régulation neuro-hormonale.
Ces dysfonctionnements ont pour principales causes des carences et des surcharges.
Non corrigés, elles creusent le lit des maladies et altèrent les capacités d’auto-guérison.
Une complémentation personnalisée et adaptée est une aide quasi indispensable dans une démarche visant à conserver ou recouvrer la santé. Elle permettra de corriger les déséquilibres en termes de surcharges et de carences engendrés par le mode de vie actuel, de prévenir ou de traiter un grand nombre de troubles chroniques et de maladies de civilisation.
Nous devons aller vers une santé responsable
Ce besoin de se protéger n’est malheureusement pas réduit à une question de vitamines et minéraux. Aujourd’hui il existe de nombreuses preuves que des produits chimiques produits par l’homme perturbent les écosystèmes et ont impact négatif sur notre santé.
On peut citer notamment:
– Le bisphénol A (présent dans certains emballages plastiques ou boîte de conserves) qui augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires ou de diabète.
– Les Phtalates
– Les Parabènes ……
 En conclusion
Si un certain nombre de pollutions sont malheureusement devenues inévitables.
Pourquoi ne pas agir sur ce qui est encore possible?
Notre alimentation et nos apports en vitamines et minéraux, notre mode de vie et notre bien être psychique!

 

 

 


 

Alimentation et immunité

La malbouffe introduit dans notre organisme nombre d’ingrédients « qui ne poussent pas dans la nature », déchets plus ou moins toxiques que notre système immunitaire s’épuisera à éliminer. Quels sont donc les aliments qui renforcent notre immunité?

Construire et renforcer notre système immunitaire est une démarche de fond, un vrai véritable moyen d’agir pour une santé durable. Ce n’est pas une chose aisée dans ce monde moderne où nos défenses sont attaquées sur tous les fronts. D’ailleurs les maladies dîtes opportunistes (qui profitent d’un affaiblissement de nos défenses pour s’installer) sont devenues les épidémies de notre civilisation.

Ce qui perturbe nos défenses:

-Les produits chimiques contenus dans les aliments courants (colorants, conservateurs, nitrites, phosphates, pesticides, hormones, antibiotiques, métaux lourds, parabens …)

-Les carences en éléments nutritifs, qui affaiblissent notre corps, découlant d’une alimentation dévitalisée par les processus modernes de production, de conservation, de cuisson à haute température. Ces carences peuvent également être dues à une faiblesse digestive avec une mauvaise assimilation des nutriments (foie encrassé et surchargé, déficience enzymatique, flore et microbiote déséquilibrés …)

-Il y a aussi l’abus d’alcool, le tabac, le café, les médicaments (les anti-dépresseurs, les antibiotiques, la pilule, certains vaccins ….). Les agressions de notre environnement (air, eau polluée, ondes…), le stress, le bruit, également les pensées négatives..

Les symptômes d’un système immunitaire déficient sont: les infections à répétition, fatigue chronique, allergies….

-Notre alimentation doit-être saine et équilibrée et comporter tous les éléments vitaux indispensables à notre métabolisme. Elle doit-être digeste pour favoriser l’assimilation des nutriments. Elle doit-être riche en éléments protecteurs comme les anti-oxydants, vitamines, minéraux, oligo-éléments…. c’est un moyen efficace pour renforcer notre immunité.

-Choisir de préférence une alimentation Bio, c’est réduire les substances toxiques que l’on absorbe et aussi agir pour la planète.

Il est aussi important d’aimer ce que l’on mange, de prendre du plaisir. La frustration produit du stress, auquel notre système immunitaire est très sensible. Il est important de comprendre ses besoins, d’apprendre à se faire confiance, de suivre son instinct (et non ses compulsions), d’aimer ce que l’on mange, de varier les menus pas à pas d’écouter son corps chuchoter ce dont il a réellement besoin, car lui seul le sait.

Tout comme notre voiture qui pour fonctionner de façon optimale, a besoin de carburant, d’huile, d’eau, d’être vidangée et d’avoir les filtres nettoyés régulièrement.

Nous avons besoin de consommer des aliments de bonne qualité, adaptés, pour fournir l’énergie qui nous active et optimiser notre fonctionnement pour que nos cellules se renouvellent. Il est aussi important

de purifier nos organes d’élimination (foie, intestins, reins, peau, poumons) régulièrement.

 

 

 

 

 

Pourquoi une cure de détoxination est-elle nécessaire?

« Que ta nourriture soit ton premier médicament » disait  Hippocrate, 460-356 av J-C.

Pourquoi une cure de détoxination est-elle nécessaire?

 

Le corps étouffé par les toxines

Une alimentation conventionnelle incluant viandes, produits laitiers, céréales et autres produits de consommation a pour effet d’encrasser le corps à tous les niveaux.

Un apport aussi important d’éléments non adaptés à la physiologie humaine finit par avoir le dessus sur sa capacité à éliminer les toxines et autres éléments non physiologiques.

Il faut prendre conscience qu’on ne se débarrasse pas de nombreuses années d’intoxication en quelques semaines ou quelques mois.

Selon votre niveau de toxicité, le travail pourra prendre jusqu’à plusieurs années pour être détoxifié. De plus la pollution environnante exercera toujours une action sur notre organisme. Il faut demeurer vigilant et donner à notre corps ce dont il a besoin pour se nettoyer, une alimentation saine et équilibrée.

La loi du vivant

Si une plante est en train de mourrir, il suffit simplement, très souvent de lui donner de l’eau et de la lumière pour qu’elle reprenne vie parce qu’elle est soumise à la loi du vivant

Il suffit de lui donner les conditions qui lui sont propres, pour qu’elle se régénère et retrouve un état d’équilibre et de pleine santé.

Il en va de même pour l’être humain. Sans les conditions naturelles qui lui sont propres, il lui faut inventer toute une panoplie d’approches thérapeutiques pour contrer les symptômes de dégénérescence provoqués par son mode de vie acidifiant (surpoids, obésité, psoriasis, maux de tête, arthrose, rhumatismes, cancer …..)

Tout ce que vous avez à faire c’est d’arrêter de lui nuire et lui donner les conditions nécessaires à sa régénération.

Il faut arrêter de lui nuire en éliminant progressivement de votre alimentation les produits non physiologiques et industriels. Il faut mettre en place les conditions propices à sa régénération en lui donnant une alimentation qui lui fournisse de l’énergie, les acides aminés, les enzymes  et autres nutriments nécessaires à son bon fonctionnement et sans oublier le sommeil, l’oxygénation, une bonne respiration, le soleil, l’activité physique …..

Une approche plus douce, ayant plus de chance, est l’ajout de fruits et de légumes en abondance, des jus de fruits, de légumes, des smoothies au cours de la journée.

Ce nouvel apport de nutriments en abondance va permettre au corps de se revitaliser et de commencer le processus de détoxication et de régénération. Les aliments non physiologiques perdront de plus en plus de leur attrait.

Conclusion

La santé est l’état normal du corps humain.

 

Les bienfaits des jus frais de légumes et de fruits

Les jus autant que les smoothies, font partie des outils de la personne en bonne santé, deux façons différentes de consommer une grande concentration de nutriments.

Voici qui répond à une question fréquente:

Pourquoi ne pas manger les fruits et les légumes entiers, au lieu d’en faire des jus?

Les fibres, c’est un fait , ne présentent aucune valeur nutritive. Leur utilité et leur rôle sont cependant importants et avérés, elles font office de balai intestinal. Après un transit à travers l’estomac, le duodénum, et l’intestin grêle, ces particules fibreuses atteignent le gros intestin sous forme de cellulose. Pour le colon, cette cellulose est utile. Sans apport de fibre, ni le colon ni le corps dans son ensemble ne peuvent fonctionner correctement.

Il est donc impératif qu’une alimentation équilibrée soit composée d’une de salade de légumes crus et variés.

L’extraction du jus et l’élimination des fibres permet à l’aliment liquide d’être digéré et assimilé très rapidement, en l’espace de quelques minutes parfois avec un minimum d’effort et de fatigue pour le système digestif. L’aliment solide en revanche exige des heures d’activité digestive avant que ses éléments nutritifs parviennent aux cellules et aux tissus qui en ont besoin. Dépourvus de valeur nutritionnelle, les fibres agissent néanmoins comme un balai, de là la nécessité de manger également des aliments crus en complément des jus.

Les jus extraits des fruits et des légumes frais et crus constituent le seul moyen de fournir à toutes les cellules et à tous les tissus du corps, d’une manière qui leur permet d’être digérés et assimilés sans délai en l’espace de 10 à 15 minutes, et servent à 99% à l’alimentation et la régénération des cellules, tissus, glandes et organes du corps.

Le résultat est évident en l’occurence, puisque le processus complet de digestion et d’assimilation s’effectue en un temps record pour un degré maximum d’efficacité et un minimum d’effort pour le sytème digestif.

Des nutriments en quantité:

Lorsque nous buvons des jus de légumes et de fruits crus, nous fournissons à notre corps les éléments nutritifs contenus dans les fruits et les légumes:

Les vitamines, minéraux, les enzymes, …. dont l’organisme à besoin.

UN effet détox

Les jus de légumes sont également détoxifiants. Ils drainent l’organisme et le débarrassent des toxines tout en lui apportant des nutriments essentiels.

Votre corps dispose des systèmes d’élimination les plus parfaits, il suffit de se donner la peine d’activer leur fonctionnement de façon efficace.

Les jus de fruits sont les nettoyeurs de l’organisme humain. On dit « qu’une pomme le matin éloigne le médecin »

Les jus de légumes, eux sont les bâtisseurs et les réparateurs du corps; Ils renferment tous les acides aminés, les minéraux, les sels, les enzymes, et les vitamines nécessaires au corps humain, à condition qu’ils soient consommés frais, sans pesticides, sans conservateurs ni additifs, et qu’ils aient été extraits convenablement.

A Chaque jus ses vertus

Le jus de carottes:

il a pour effet de soutenir le sytème tout entier du corps; Il est riche en vitamine A, il facilite la digestion, riche en éléments alcalins. Il est recommandé pour la consolidation et l’entretien de la structure osseuse des dents …..

Le jus de  betteraves:

C’est l’un des plus intéressant pour aider à la synthèse des globules rouges et pour stimuler le système sanguin en général. Il Stimule le système immunitaire.

Conclusion

Vous, et vous seul, êtes responsable des conséquences qu’aura votre façon de vous nourrir. Sachez que ce qui compte est la vie contenue dans votre nourriture.

Votre corps est constitué de millions de cellules microscopiques dont dépend toute votre existence; Ces cellules ont besoin de nutriments vivants.

Il dépend donc de vous, et de vous seul, que votre nourriture les leur apporte.

 

 

 

 

Bonjour, C’est le printemps…

Bonjour,

C’est le printemps, déjà. C’est la saison des petits oiseaux et des jeunes pousses… celle des régimes aussi. Vous allez les voir fleurir, ces régimes, un peu partout dans la presse d’ici quelques jours avec leur lot de promesses alléchantes et leur nouveauté éternellement nouvelle.

Vous n’y croyez guère, moi non plus. Car je pense qu’aucun régime ne peut convenir à tous (et à toutes), et lorsqu’on vous dit que, grâce à l’internet, « vous bénéficierez de conseils personnalisés », cela veut dire qu’une machine va vous répondre.

Alors qui aller voir ? Bien entendu, la première chose qui vient à l’esprit est de se rendre chez un nutritionniste. Mais dans le monde médical, il n’y a sans doute aucune spécialité qui professe autant d’inepties.

La Bible des nutritionnistes, c’est la sacro-sainte pyramide de la nutrition. Un beau dessin en couleur qu’on vous offre gentiment depuis trente ans et qui n’a pas varié d’un iota. Ici, les produits laitiers occupent une place indétrônable… Mmmm, vous savez ce que j’en pense… Idem pour le pain et les féculents. Et puis, on entend toujours la même messe, il faut manger des fruits et légumes, cinq par jour, hein ! Et des fibres, et pas trop de sucre (ou bien de synthèse) et peu de sel, of course… Je ne parle même pas de la viande, recommandée particulièrement aux personnes âgées, faute de quoi ils risqueraient de perdre de la masse musculaire. 

Quand vous en êtes là, sans doute est-ce votre deuxième rendez-vous, car le premier a souvent consisté à remplir un questionnaire à la maison et à vous prescrire une mesure scientifique de votre poids… qui ne dira pas grand-chose de plus qu’une simple balance impédancemètre… Mais là, c’est scientifique. « Et quand vous avez les résultats, vous revenez me voir avec le questionnaire ».

Pour clore l’affaire, vous allez repartir avec quelques menus types pré-imprimés et une petite ordonnance. Des vitamines de synthèse et un ou deux compléments alimentaires (c’est le nutritionniste qui remplit le bon de commande pour vous… il est trop gentil). « Allez, on se revoit le mois prochain ? » Une mascarade en blouse blanche, dûment remboursée par la Sécu.

Il y a pourtant une alternative beaucoup plus utile : aller chez le naturopathe. Bien sûr, cela n’est pas remboursé, mais c’est d’un autre niveau.

Si vous n’êtes pas familier de cette profession, sachez d’abord que l’alimentation en est au centre. Les naturopathes sont des « plus-que-pro » dans ce domaine. Mais leur champ d’action va bien au-delà. Car si vous prenez des kilos, ce n’est pas toujours parce que vous mangez mal ou trop. Un « naturo » s’intéresse à votre mode de vie, à votre constitution, à vos stress, aux dysfonctionnements fondamentaux de l’organisme, à votre posture… que sais-je encore. C’est lui qu’il faut voir si vous voulez retrouver votre poids de jeune fille/homme, plutôt que d’acheter des yaourts 0% ou de ne plus manger que des protéines.

L’arrivée du printemps est le moment idéal pour cette visite-bilan, et si c’est bien fait, vous n’aurez pas besoin de le revoir avant six mois. Vous verrez, vous allez découvrir une autre qualité d’écoute et une autre vision de votre tour de taille.

LE CHOU KALE

Le Chou Kale :

Chou kaleLa saison du chou kale revient ! Il sera présent durant tout l’hiver et jusqu’au printemps ches les maraîchers et dans nos jardins. Ce légume rustique originaire d’Asie mineure est d’une grande richesse pour notre alimentation et notre santé et il est bon marché ! Ses feuilles se prélèvent au fur et à mesure de nos besoins. Le chou kale continue à produire de nouvelles feuilles et peut atteindre plus d’un mètre de haut.

Il contient de la vitamine K, A et C et de nombreux minéraux dont le manganèse, le cuivre, le calcium et le sodium. Comme tous les légumes verts il est riche en anti-oxydants et en beta-carotènes. Il est reminéralisant.

On le consomme en salade : après avoir détaché les feuilles de la tige centrale, émincer finement et ajouter à une salade verte de saison.

On le consomme en jus : couper en tronçons pour faciliter l’extraction du jus. Le jus de chou kale est délicieux avec des pommes et des carottes, tout simplement !

En smoothie le chou kale peut être mélangé aux bananes ou aux poires.

La cuisson fait perdre quelques minéraux et anti-oxydants, on peut cependant le consommer en soupe ou braisé comme tous les autres choux.

Une recette à tester : les chips de chou kale

1 2 3