Pourquoi grossit-on ?

La prise de poids une problématique multi-factorielle, inclut certes une mauvaise alimentation et la sédentarité, mais également, les apports de nutriments essentiels (vitamines, minéraux, acides aminés et acides gras essentiels enzymes, les anti-oxydants, les facteurs émotionnels, la génétique et l’âge.

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé, 1,4 milliard de personnes de vingt ans et plus sont en surpoids, parmi lesquelles plus de 500 millions sont obèses (estimation de 2008). Le surpoids et l’obésité se définissent comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé.

Entre 1997 et 2012, l’obésité a augmenté de 76% en France. Selon l’enquête nationale sur l’obésité et le surpoids. Un français sur deux est en excès de poids (47,3% de la population). Le surpoids et l’obésité sont le cinquième facteur de décès au niveau mondial.

Selon l’OMS, une personne est considérée comme obèse lorsque son indice de masse corporelle ou IMC dépasse les 30 kg/m2. Au-delà de 35, on parle d’obésité sévère. © Kurhan, shutterstock.com

Est ce que notre société s’attaque-t-elle à la vraie cause?

Les conséquences du surpoids et de l’obésité sur la santé: Les maladies de civilisation (syndrome métabolique, diabète, cholestérol, maladies inflammatoires …. Il existe de réelles solutions pour enrayer cette épidémie, à condition d’accepter de changer son environnement, à commencer par son alimentation.

Une Action globale

Ce n’est qu’une prise en charge globale, qui pourra être efficace dans le temps. Toute action symptomatique tel que les régimes ex hyperprotéinés, ne traite que l’effet, ou la partie visible, au détriment des causes réelles et pire les aggravants à terme.

Certains paramètres sont immuables:

  • Notre héritage génétique
  • Notre âge

Les années passant, notre biologie devient moins efficace pour éliminer les déchets des excès alimentaires, qui se stockent ainsi plus facilement.

En revanche d’autres paramètres peuvent évoluer:

  • En changeant de comportement alimentaire et d’hygiène de vie.

Premiers coupables: Les sucres ajoutés

Manger trop sucré peut avoir des conséquences sur le développement du cortex préfrontal des enfants. © Photographee.eu, Shutterstock

Les sucres raffinés tels que le saccharose qui est omniprésent dans l’alimentation transformée, ou encore le sirop de glucose obtenu par modification chimique de l’amidon de maïs, appelé aussi sirop de fructose, ils sont les premiers responsables du surpoids.

Le monde de l’industrie alimentaire, grâce aux chimistes a découvert que les sucres industriels sont à la fois des exhausteurs de goût, des conservateurs, des atténuateurs d’acidité, des retardateurs de coagulation, des absorbeurs d’eau.

Cela peut expliquer que nous trouvons des sucres partout dans l’alimentation industrielle et que sa consommation a explosé.

Aujourd’hui, la consommation moyenne de sucre par an et par habitant en France est de plus de 60 kg. Cet apport excessif de calories vides sera stocké pour l’essentiel sous forme de mauvais gras.

N’oublions pas que les industriels ne sont pas là pour bien nous nourrir, mais pour engendrer des bénéfices.

Les produits raffinés rendent les aliments plus attractifs tant au niveau visuel que gustatif. Ce mode de transformation, plus l’ajout très fréquent de substances addictives, sucre, sel, gras contribue à nous faire manger plus, en nous rendant accros à ces aliments.

La maladie du soda, directement issue de la malbouffe

Six millions de Français seraient concernés par la maladie du soda, ou cirrhose Nash (Non Alcoholic Steatohepatitis) causée par une consommation excessive de boissons sucrées, de graisses ou de sucres.

On connaît la cirrhose du foie due à la consommation excessive d’alcool, voici maintenant la cirrhose Nash (Non Alcoholic Steatohepatitis). Maladie de la malbouffe, elle est causée par une consommation excessive de boissons sucrées, de graisses ou de sucres. Elle concernerait 6 millions de Français.

Une maladie qui commence seulement à être connue

Le journal le Parisien rapporte que la maladie du soda ou cirrhose Nash inquiète le monde médical par son importante expansion. Concrètement, le foie n’arriverait plus à éliminer l’excès de sucres et de graisses accumulé au fil du temps. Au bout de quelques années, cela provoquerait une cirrhose (non alcoolique) qui peut évoluer en cancer ou créer des complications cardio-vasculaires. La maladie concernerait entre 25 et 30 % de la population. Les médecins commencent à peine à savoir la détecter. « Nous avons plein d’exemples de patients qui ne boivent pas une goutte d’alcool, n’ont jamais eu d’hépatite virale, et se voient diagnostiquer une cirrhose avec pour seul facteur de risque, le fait qu’ils boivent plusieurs sodas par jours », expliquait le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue à l’hôpital Saint-Antoine au journal le Figaro.

D’ici à 2020, la maladie pourrait devenir la première cause de greffes du foie, devant l’hépatite C.

Une nouvelle maladie chronique à inscrire au tableau

Cette maladie non douloureuse qui se développe lentement et en silence ne présente aucun symptôme. Elle peut être détectée seulement après un bilan hépatique puis une biopsie.

Elle est directement liée à notre mode de consommation et à notre alimentation. Les personnes obèse ou diabétiques sont particulièrement à risque. Ainsi, 22 % des diabétiques en seraient atteints et 90 % des personnes obèses seraient concernées.

Les mauvaises graisses font grossir

La malbouffe rend bête

Les graisses constituent la famille d’aliments la plus énergétique. Si notre corps a besoin de gras, principalement pour la constitution de notre cerveau, des neurones et des membranes cellulaires, la qualité de celui-ci est déterminante.

L’excès de graisse animale tel que les viandes rouges, les charcuteries, les produits laitiers ou encore les graisses saturées ajoutées, telle que l’huile de palme peu coûteuse dans les produits transformés comme les chips, les plats préparés cuisinés, les viennoiseries industrielles ne sont pas adaptées à nos besoins cellulaires.

Seuls les bons gras tels que les oméga3 que l’on trouve principalement dans certains  poissons ou les huiles vierges de noix, lin …,  à des doses physiologiques ne font pas grossir. Ces acides gras sont importants afin d’assurer la fluidité de la membrane de nos cellules.

Eviter les aliments raffinés et transformés

Depuis ces dernières années, nos modes alimentaires se sont profondément modifiés en Europe et un peu partout dans le monde, sous l’influence de l’industrialisation. La restauration rapide s’est développée ainsi les sandwichs et paninis, le fast-food, les plats préparée sont très tendance chez les jeunes.

La surconsommation d’aliments à « calories vides » qui n’ont aucune valeur nutritive (chips, sodas, barres chocolatées, bonbons, céréales raffinées, Pâtisseries industrielles, boissons alcoolisée, s’effectue au détriment d’aliments à densité nutritionnelle élevée.

Dans le même temps l’obésité, les cancers, les maladies cardiovasculaires, neuro-dégénératives, rhumatismales, auto-immunes, les diabètes, les allergies sont devenus de plus en plus fréquents. De nombreux travaux scientifiques ont identifié des « facteurs de risques » qui influent sur la probabilité d’être atteint d’une de ces pathologies chroniques.

Parmi eux des facteurs alimentaires jouent un rôle majeur:

L’excès de consommation de graisses animales, de sucre et de produits raffinés, de sel, et la faible consommation de fruits et de fibres végétales, en association avec le stress chronique, le manque d’activité physique et parfois de tabagisme et d’alcoolisme pour ne citer que les principaux!

Inversement une alimentation variée et équilibrée, riche en fruits et légumes, est un facteur de protection, notamment contre le surpoids, l’obésité, et les maladies dites de civilisation.  

Les signaux de « retro-feedback » et de régulation 

Le tissu adipeux sert de réserve énergétique. Lorsque tout va bien, notre biologie possède des outils de régulation pour éviter des « sur-stocks ». En cas d’excès de poids durable ses mécanismes de régulation s’altèrent. De plus les toxines s’accumulent dans celui-ci, notre système hormonal se perturbe, ce qui augmente les risques de prise de poids.

Que faire côté alimentation?

fruits_legumes

Il faut favoriser un alimentation à base de produits non raffinés et non transformés le meilleur gage pour prévenir le surpoids et les maladies de civilisation.

Côté végétaux

Une alimentation riche en produits végétaux à commencer par les fruits et les légumes, fournira les apports nécessaires au bon fonctionnement de nos cellules, en micro-nutriments, essentiels tels que minéraux, vitamines, et antioxydants.

Il est préférable de choisir une alimentation biologique afin d’éviter les produits toxiques (pesticides ..).

La richesse des fibres présentes dans les végétaux est l’assurance d’une bonne santé intestinale, source d’un équilibre pondéral. Les végétaux crus (crudités, graines germées) ont un effet satétiogène accru. Selon la tolérance digestive de chacun, cette famille d’aliments devra faire partie intégrante de votre alimentation.

L’art de bien manger

L’environnement dans lequel vous prenez votre repas aura également une influence.

Manger assis dans le calme, en conscience à des heures régulières, bien mastiquer ses aliments sont les clés pour une bonne digestion.

Bien s’hydrater boire au moins 1,5l d’eau par jours en dehors des repas et surtout pratiquer une activité physique régulière.

Les autres moyens

Il faut bouger, l’activité physique est très importante

marche à pied / culture santéEn bord de mer ou en forêt, sur des chemins plats ou escarpés, dans l’eau, la marche se pratique sans modération!

La marche nordique est née en Finlande où elle s’est développée pour devenir un sport à part entière et où elle est pratiqué par des personnes de tous âges et toutes conditions physiques.

Marche nordique

La marche nordique est une activité physique idéale pour être pratiquée à n’importe quel âge, partout et en toutes circonstances.

Le fait d’utiliser des bâtons pour marcher favorise le mouvement des bras en même temps que celui des jambes. La marche nordique nous permet ainsi de travailler l’équilibre du mouvement.

La marche nordique pour corriger vos mauvaises postures

Si vous avez du mal à marcher et à conserver votre équilibre, notamment parce que vous souffrez du dos, la marche nordique est une activité tout à fait indiquée pour vous.

Le fait de marcher avec ces bâtons permet de faciliter le maintien et la dynamique du corps avec des épaules équilibrées dans le mouvement et un dos qui ne se courbe pas et ne penche pas vers l’avant.

La gestion du stress, il est important de s’octroyer des moments pour se relaxer, bien respirer, s’oxygéner marcher dans la nature, la méditation, pour rééquilibrer le système nerveux.

La relaxation est liée à la nature 

Notre corps comme notre esprit ont besoin de se relaxer

relaxation et détente, le bien-êtreNotre corps a besoin de se relaxer pour restaurer son équilibre. En effet, lorsque nous sommes en état de relaxation, c’est-à-dire libéré des tensions musculaires, le sang peut mieux circuler dans tout l’organisme et ainsi irriguer suffisamment abondamment nos différents organes.

De fait, les échanges se font bien mieux entre toutes nos fonctions organiques. Les déchets s’éliminent plus rapidement, le coeur bat plus calmement, notre système nerveux retrouve son équilibr

la-forme-au-naturel

Lors d’une consultation vous pourrez mettre en place des conseils nutritionnels personnalisés pour optimiser votre santé.

.