LE LAIT DE VACHE BON POUR LA SANTE VRAIMENT ?

Les Laitages sont-ils vraiment nos amis?

Le lait maternel est naturellement l’aliment du nourrisson. Sa composition est parfaitement adaptée aux besoins physiologiques de l’être en devenir, sous réserve que la maman ait une alimentation riche en nutriments essentiels notamment en oméga 3, en magnésium, …

En revanche, la composition du lait bovin qui contient trois fois plus de protéines que le lait humain en plus des facteurs de croissance IGF1 est, quand à elle, adaptée pour les besoins du veau, qui va multiplier son poids de naissance par 10 en un an. Ce lait n’est pas adapté pour nous être humain.

Il y a plus d’une quarantaine d’années les vaches passaient du temps dans les champs.   Elles vivaient à peu près 20 ans produisant 2000 à 2500 litres de lait par an.

Actuellement, les progrès techniques et la soif de rentabilité ainsi que la modification de l’alimentation des ruminants en effet avant ils ne mangeaient que de l’herbage, les vaches vivent en moyenne quatre à cinq ans pour produire 6000 à 8000 litres de lait par an, c’est une moyenne, car les plus « performantes » arrivent à 100000 à 12000 litres. Une vache nourrit à l’ensilage de maïs consommerait en alcool l’équivalent d’une bouteille de whisky par jour. Sans compter les antibiotiques et les hormones qu’elles reçoivent.

Produits Toxiques 

Beaucoup de traitements subis par les vaches laitières se retrouvent sous forme de traces dans le lait (hormones, antibiotiques, pesticides et lectines issus de l’alimentation en céréales OGM). Bien qu’en-dessous des seuils autorisés réglementaires, ces produits toxiques peuvent avoir des effets sur la santé s’ils sont consommés régulièrement pendant plusieurs dizaines d’années.

Facteurs de Croissance 

Les facteurs de croissance sont un problème peu connu du lait de vache. L’animal adulte étant très grand et très volumineux par rapport à un être humain, le veau doit donc grossir plus rapidement qu’un bébé. Pour cela, le lait de vache contient beaucoup plus de facteurs de croissance que le lait maternel. Cet excès de facteurs de croissance entraîne lui aussi divers problèmes chez les gens qui consomment du lait de vache. Il y a moins de facteurs de croissance dans les laits de chèvre et de brebis car les animaux adultes ont un gabarit plus proche de l’homme que de la vache.

Le lait est toujours cité comme l’aliment complet par excellence, ce qui est parfaitement vrai pour le nourrisson qui tête sa mère, ou le veau une vache, mais faux dans tous les autres cas. 

Intolérance et allergie aux produits laitiers:

Mythe ou réalité?

Il ne faut pas confondre allergie aux protéines de lait et intolérance au lactose

Le Lactose: Ce sucre du lait perturbe la digestion de la moitié des adultes.

Ce sucre, le lactose crée des irritations dans l’intestin, car il est mal digéré par la plupart d’entre nous après l’âge de deux à trois ans, en raison de la diminution d’activité de la lactase, l’enzyme permettant la digestion du lactose. Pour être absorbé, le lactose doit en effet être coupé par une enzyme la lactase afin d’être transformé sous des formes de sucre pouvant franchir notre barrière intestinale:

Dans le cas d’une intolérance au lactose, ce n’est plus une allergie aux protéines de lait, mais une réaction qui correspond au sucre du lait des mammifères (vache, brebis, chèvre), les symptômes sont différents et sont principalement d’ordre digestif : ballonnements, flatulences, digestion difficile et troubles du transit. Ces symptômes sont la conséquence de la malabsorption du lactose. Non digéré, le lactose est utilisé par les bactéries coliques pour produire une fermentation dégageant des lactates et des gaz (hydrogène et gaz carbonique),douleurs et perturbation de la flore intestinale.
Ce glucide est digéré et détruit par une enzyme, la lactase, qui dégrade le lactose (disaccharide) en glucose et galactose, sucres facilement absorbés. Cette enzyme est fabriquée naturellement par l’épithélium intestinal en grande quantité chez le nourrisson et qui tend à diminuer à l’ âge adulte. Environ 60 % des adultes de la population mondiale seraient intolérants au lactose.

Chez certaines personnes cela peut entrainer des maux de tête et migraines.
La production de lactase à l’ âge adulte est génétiquement déterminée. Nous sommes programmés génétiquement pour pouvoir nous nourrir du lait maternel durant les premiers mois de notre naissance, puis à l’arrivée de la dentition l’alimentation solide.

Les protéines de lait de vache trois fois plus important que le lait de femme:

L’allergie alimentaire est la réaction du système immunitaire contre des protéines. Si le gardien de notre intégrité réagit, c’est que les protéines du lait ont été mal dégradées par nos enzymes digestives La peptidase utilisée pour la digestion de la caséine, est souvent incriminée dans cette défaillance. Ces protéines mal dégradées, finissent par irriter la barrière intestinale et passer par les jonctions et se retrouver anormalement dans le sang, ce qui entraine la réaction de nos « gendarmes les anticorps.

Que dire du lait UHT (à jeter) 

Le procédé de transformation à ultra-haute température d’une part modifie profondément la structure des graisses du lait et d’autre part altère partiellement les protéines.

Quand le lait est pasteurisé, les molécules de protéines sont chauffées et changent de forme et de composition. La chaleur détruit les enzymes saines et actives du lait ce qui rend les protéines plus difficiles à digérer par votre organisme.

Malheureusement, pratiquement tous les laits vendus dans les magasins ont été pasteurisés et homogénéisés… Ce qui le rend malsain pour votre organisme.

Vous vous rendez donc compte que le lait que vous buvez contient des hormones et des antibiotiques qui se retrouvent dans votre organisme… Des études ont par ailleurs démontrés des liens entre entre le lait de vache pasteurisé et différents problèmes de santé.

dangers des produits laitiers pasteurisés - synergie alimentaire

Maladies

Consommer régulièrement 3 produits laitiers ou plus par jour peut entraîner acné, eczéma, psoriasis, rhinites, bronchites, allergies, asthme, douleurs au niveau des articulations, inflammation des tissus, diabète de type 1, cancers (sein, prostate, ovaires), maladies cardiovasculaires, maladies digestives, problèmes de thyroïde, maladies neurologiques, et surtout la fameuse ostéoporose.

Conclusion

Le lait de vache et ses dérivés sont manifestement une source de plaisirs alimentaires dans notre culture. Mais les aspects négatifs l’emportent car produits plaisirs ne sont hélas pas des produits santé, surtout actuellement, compte tenu de notre façon de les produire et de les consommer.Les graisses du lait ont été les premières à faire l’unanimité contre elles, puis le lactose a été démasqué, depuis quelques années c’est le rôle néfaste des protéines qui est mis au grand jour, sans même parler des dérégulations immunitaires et hormonales. Tout cela est scientifiquement prouvé, mais plus ou moins occulté par certains et savamment caché par d’autres. Les bienfaits obtenus par la suppression en sont une preuve suffisante.

Même sans laits ni laitages de vache, l’alimentation reste un vrai plaisir et préférer une alimentation à dominante végétale.