Les Perturbateurs Endocriniens

Comment s’en protéger ?

Nous sommes exposés quotidiennement à des perturbateurs endocriniens;

C’est à dire à des produits chimiques de synthèse, présents notre alimentation et articles de consommation courante ou contaminants environnementaux de l’air, de l’eau ou des aliments. 

En moins de 100 ans la production de produits chimiques de synthèse est passée de 1 à 500 millions de tonnes par an.

Matières plastiques, engrais, pesticides agricoles, pharmacie, cosmétiques, ….

Mais le boom de la chimie, à aussi un impact sur la faune sauvage et les cours d’eau, pluies acides, déchets toxiques, trou de la couche d’ozone, émission de gaz à effet de serre …et l’exposition des humains dès la conception maternelle.

On associe actuellement de plus en plus ces expositions précoces à certains types de produits chimiques à plusieurs types de maladies en pleines expansion telles que obésité, diabète, cancers, troubles de la reproduction, asthme, maladies auto-immunes, neuro-comportementales, ….

Les perturbateurs endocriniens qu’est ce que c’est? 

Un perturbateur endocrinien est une substance chimique qui perturbe le système hormonal.

Ce dernier associe plusieurs de nos organes dans la sécrétion et la fine régulation des hormones, qui constituent de véritables messages chimiques indispensables au développement et au bon fonctionnement du corps.

Le système hormonal est fragile, il gère une cinquantaine d’hormones, véritables messagers chimiques, indispensables au développement et au bon fonctionnement du corps. Du fait de la ressemblance, par la forme ou par l’action, avec les hormones naturelles, les perturbateurs endocriniens peuvent altérer les taux d’hormones dans le sang, les limiter, les bloquer ou modifier la quantité d’hormones envoyée aux organes. Les perturbateurs endocriniens, qu’est-ce que c’est ? Les mécanismes d’action des perturbateurs endocriniens La toxicologie est longtemps restée sur le principe : “C’est la dose qui fait le poison”. Dans le cas des PE, ce principe explose. Une très faible dose peut agir comme une clef pour intervenir sur le fonctionnement hormonal. L’effet n’est pas proportionnel à la quantité. Ils peuvent être actifs même aux faibles doses auxquelles nous sommes exposés via l’environnement et l’alimentation. hypophyse, glande pinéale et hypothalamus thyroïde et parathyroïdes thymus glandes surrénales pancréas testicules ovaires PRINCIPAUX SYSTÈMES HORMONAUX DU CORPS HUMAIN * Cette abréviation PE sera utilisée très souvent dans ce document LA PÉRIODE, PAS LA DOSE Un Perturbateur Endocrinien (ou PE*) est une substance chimique étrangère à l’organisme qui perturbe le système hormonal. Le perturbateur endocrinien agit particulièrement dans une “fenêtre” de temps spécifique.

(Crédit : Wikimedia Commons)

D’habiles usurpateurs Les perturbateurs endocriniens se comportent comme de véritables usurpateurs qui adoptent plusieurs tactiques. • Ils imitent les hormones naturelles en se fixant, comme elles, sur les récepteurs des cellules, déclenchant ainsi des réactions non souhaitables. • Ils bloquent certains récepteurs de cellules, ce qui empêche les hormones naturelles de s’y fixer et de communiquer leurs messages aux cellules. • Au cours de la formation des embryons, ils modifient le nombre de récepteurs normalement prévus sur les cellules, causant des dommages irréversibles. • Ils interfèrent dans le travail de certaines protéines chargées de réguler les taux d’hormones qui circulent dans le sang. • Ils agissent directement sur la synthèse elle-même des hormones ainsi que sur leur transport dans l’organisme et leur élimination naturelle. Les stratégies varient et ne sont sans doute pas toutes connues à l’heure actuelle. De très nombreux composés chimiques peuvent prendre la place des hormones, avec des résultats divers et encore mal connus. Il semble qu’à quantité égale, les perturbateurs endocriniens sont beaucoup moins efficaces que les hormones auxquelles ils se substituent. Cependant, comme ils proviennent de plusieurs sources et s’accumulent en quantités importantes dans l’organisme, ils pourraient avoir un effet cumulatif et perturber le fonctionnement normal des hormones.

LES ENFANTS 

Les 1000 premiers jours de vie

C’est pendant la vie foetale et la petite enfance, lorsque l’organisme est en construction et particulièrement vulnérable, que les perturbateurs endocriniens peuvent avoir le plus d’impact sur la santé. C’est pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé met en avant les 1000 premiers jours de vie, de la conception de l’enfant à ses 2 ans, comme une période importante pour la prévention des maladies chroniques avec l’adoption d’une bonne hygiène de vie.

La vulnérabilité des enfants Les enfants ne répondent pas de la même manière que les adultes à l’exposition à des substances chimiques nocives. L’influence de celles-ci dépend aussi du stade de développement de l’enfant, qu’il s’agisse d’un fœtus, d’un nourrisson ou d’un jeune enfant. Au cours des périodes de croissance rapide, les enfants sont particulièrement vulnérables aux perturbations hormonales. Les médecins ont cru jusqu’à tout récemment que les produits chimiques n’atteignaient pas le fœtus, que le placenta faisait office de filtre. Aujourd’hui, on sait que c’est faux. Les fœtus sont extrêmement à risque, car les produits chimiques absorbés par la mère leur sont directement transmis; ceux-ci peuvent entraîner des fausses couches, la naissance de bébés de très petit poids et des malformations congénitales. Qui plus est, le fœtus peut être affecté par des substances chimiques auxquelles sa grand-mère aurait été exposée, les ovules de la mère s’étant formés dans l’utérus de sa propre mère et ainsi de suite. Au cours de la formation du fœtus, le contrôle hormonal est crucial. Des messages chimiques incorrects peuvent causer des modifications irréversibles, induire des maladies à l’âge adulte et entraver la différenciation sexuelle et le développement des systèmes nerveux, endocrinien ou immunitaire. Les perturbateurs endocriniens peuvent brouiller les signaux des hormones même dans le ventre de la mère. Premières conséquences visibles : des malformations génitales chez les garçons.

Après la naissance, quoi de plus naturel que d’allaiter son enfant?

Les bienfaits de l’allaitement ne font aucun doute. Le lait maternel n’est pas un banal mélange de matières grasses, protéines et sucres. Il contient des molécules actives qui stimulent le système immunitaire du bébé et le protègent contre les infections. C’est certainement l’aliment le mieux adapté à la bonne santé d’un nouveau-né. Il faut tout de même souligner que plusieurs perturbateurs endocriniens passent de la mère au nourrisson par le lait maternel. Les autres options pour remplacer l’allaitement pourraient aussi contenir des perturbateurs endocriniens. Au cours de leur croissance, les enfants ne sont pas exposés de la même manière que les adultes aux contaminants. Toutes proportions gardées, ils boivent plus, mangent plus et respirent plus d’air. Ils jouent aussi plus près du sol et sont ainsi en contact étroit avec la poussière et les contaminants qui s’y trouvent. Ils n’hésitent pas à porter les jouets et autres objets à leur bouche alors que les plastiques qui entrent dans leur fabrication contiennent souvent des composés chimiques nocifs. Les perturbateurs endocriniens peuvent changer les enfants pour la vie. Ils sont de plus en plus certainement associés à des problèmes courants comme l’hyperactivité, les allergies, l’obésité, la puberté précoce. Une bonne manière de protéger ses enfants des contacts avec des substances nocives consiste à choisir, pour leur chambre ou leur salle de jeu, des meubles et des accessoires faits de fibres le plus naturelles possible : tissus et rideaux de coton, tapis de laine, meubles, parquets et jouets en bois, biberons en verre et produits pour la toilette exempts de tout composé toxique. Évidemment, tous les conseils valables pour les adultes revêtent une importance encore plus grande pour les enfants.

Les perturbateurs endocriniens sont partout : comment les éliminer de nos vies ?

Ces perturbateurs endocriniens (PE) sont tous liés à des objets familiers de notre quotidien et sont systématiquement présents dans l’environnement et le corps humain (urines, sang, cordon ombilical, lait maternel). 

Bisphénol A : constituant des plastiques en Polycarbonate (PC) et des résines époxy. On trouve du PC dans des centaines d’objets du quotidien, lunettes, phares automobiles, coffrages d’ordinateurs, mais aussi dans le petit électroménager, les contenants alimentaires réutilisables et la vaisselle en plastique, depuis lesquels le BPA peut contaminer les aliments.

Les résines époxy: sont également employées en contact alimentaire comme vernis interne des conserves, des canettes et des couvercles, dans les canalisations d’eau et les cuves alimentaires et à vin. Il existe d’autres usages comme le papier thermique de certains tickets de caisse et certains amalgames dentaires. Les chercheurs associent l’exposition au BPA aux cancers du sein et de la prostate, aux troubles métaboliques (diabète, obésité), au risque cardiovasculaire, à des atteintes de la reproduction et des problèmes neuro-comportementaux.

Les Phtalates : grande famille d’additifs plastifiants principalement des objets en PVC souple (revêtements de sol, matériel médical, chaussures, gadgets, …) et agents texturants, co-solvants ou fixateurs de fragrances dans les produits cosmétiques (rouges à lèvres, vernis, crèmes ..) et les parfums.Encore plus questionnable, leurs usages dans les produits de santé et de soin: médicaments .. Six phtalates (DEHP, DBP, BBP, DiNP, DIDP, DNOP) font déjà l’objet d’une interdiction dans les articles pour les enfants car suspectés d’induire de graves atteintes au développement de l’appareil de reproduction masculin. Tous les phtalates exercent via leurs métabolites un pouvoir de perturbation endocrine provoquant des atteintes à la reproduction, des malformations des organes, l’obésité, des pubertés précoces ou des cancers du sein et des testicules.

Les Parabènes: le propyl-parabène et le butyl-parabène sont des conservateurs employés dans les produits de soin personnel ou comme additifs alimentaires. Appliqués sur la peau, ils peuvent pénétrer dans le corps, perturber le fonctionnement de plusieurs hormones. (oestrogènes/ androgènes, hormones thyroïdienne) et sont susceptibles de provoquer des atteintes à la fertilité et à l’activité métabolique.

Les Perfluorés: (PFC) : une famille de polymères halogénés utilisés comme revêtement anti-adhérent dans les ustensiles de cuisson (poêle revêtement en Téflon), les textiles et les produits traités anti-tâches, les emballages et les cosmétiques. En alimentaire ils sont présents dans les emballages de fast-food, la vaisselle papier jetable.Les PFC sont devenus des polluants omniprésents dans l’environnement et peuvent persister dans notre organisme pendant des années.

Les Une étude danoise publiée en 2009 les rend responsables de la baisse du nombre de spermatozoïdes chez l’homme.

Le Perchloréthylène: solvant chloré utilisé dans les pressings pour le nettoyage à sec. Classé cancérogène probable (CMR 2A) par le CIRC, il affecte le poids de l’utérus et du fœtus chez la souris gestante et modifie le comportement chez les descendants mâles. Chez l’homme, une enquête épidémiologique a avancé des liens entre exposition professionnelle et troubles neurologiques.

Les Filtres UV: plusieurs filtres UV courants dans les cosmétiques comme les composés de benzophénone et des dérivés de camphre sont des perturbateurs endocriniens et affectent la reproduction chez les descendants mâles de rates exposées.

 Le BHA: antioxydant et conservateur couramment utilisé dans les aliments (ex : chewing-gums), les emballages alimentaires et les cosmétiques. On a observé une baisse des niveaux d’hormones (testostérone et hormones thyroïdiennes) et des malformations des spermatozoïdes chez des rats nourris avec du BHA. Leurs descendants étaient de plus petite taille et avaient un retard de maturation sexuelle et des organes reproducteurs plus petits que la normale.

Les retardateurs de flamme bromés (RFB): famille de composés utilisés comme agents ignifugeants des composants électroniques, des plastiques et des textiles synthétiques. Certains sont des perturbateurs avérés des hormones thyroïdiennes chez les mammifères. – Des métaux lourds comme le mercure encore employé en technique dentaire. Selon les chercheurs, son action de perturbation s’exercerait sur plusieurs glandes, sur les ovaires et les testicules provoquant des troubles de l’immunité, des troubles de la reproduction et un accroissement des cancers du sein.

Les Pesticides agricoles: 350 substances actives pesticides différentes sont utilisées en Union Européenne. Parmi elles 40 sont des perturbateurs endocriniens dont 30 ont déjà été décelées dans notre nourriture susceptibles d’être ingérés comme résidus de traitement des fruits et légumes ( thirame, méthoxychlor, mancozeb, zineb, fenarimol, resméthrine, deltaméthrine, métribuzin, ketoconazol, carbaryl, terbutyn, fenitrothion….)

On estime qu’environ la moitié de nos aliments présentent des résidus de pesticides et que notre assiette nous expose en moyenne à une vingtaine de ces pesticides de manière quotidienne.

Les mécanismes d’actions des perturbateurs endocriniens:

La période, PAS LA DOSE

Avant 1991, le principe « c’est la dose qui fait le poison » faisait l’unanimité

Tout produit nocif présente une dose en-dessous de laquelle l’exposition humaine est sans risque et les effets augmentent avec la dose.

En fait, ils peuvent être actifs aux faibles doses auxquelles nous sommes exposés via l’environnement et les aliments.

Effet Cocktail:

Nous sommes chaque jour exposés à plusieurs produits chimiques à la fois.

L’évaluation des effets de ce cocktail toxique est encore très nouvelle.

Cependant des expériences différentes montrent déjà que les effets peuvent se combiner et parfois dépasser l’addition des effets des produits pris individuellement.

Plus surprenant, des PE présents dans le corps à des doses inoffensives, prises séparément peuvent devenir très toxiques lorsqu’ils sont mélangés.

 

Comment se prémunir des Perturbateurs Endocriniens

Les perturbateurs endocriniens : comment les éviter ?

Individuellement, pour limiter notre exposition aux PE, nous pouvons prendre quelques précautions élémentaires dans différents domaines.

SUR LE PLAN DE L’ALIMENTATION:

Privilégier les produits frais non transformés et diversifier son alimentation

Préférer les fruits et les légumes Bio ou cultivés localement sans pesticide.

Eviter les boites de conserves et cannettes sauf mention « sans BPA » et privilégier les conditionnements en verre.

DANS LA MAISON:

Eviter dans la mesure du possible les ustensiles traités au téflon (poêles, récipients), les films en plastique en utilisant de préférence le verre, l’inox, le grès, la céramique, la fonte émaillée…

Aérer, dépoussiérer régulièrement, éviter moquettes, textiles synthétiques, bois agglomérés, polystyrène…, ne pas mettre d’appareils électroniques dans les chambres et bannir l’usage d’aérosols et parfums d’intérieur.

LES PRODUITS DE BEAUTÉ ET LES PRODUITS POUR ENFANTS:

Eviter le plus possible les produits cosmétiques et les lotions au cours de la grossesse et lors de l’allaitement

Privilégier les biberons en verre

Privilégier des jouets en bois d’origine Européenne, ce qui offre en principe des garanties.